« L’effacement des Classes Populaires »

02/05/2011 § Poster un commentaire

Conférence/Débat : « L’effacement des Classes Populaires » avec Jean Pierre Garnier, Sociologue, Urbaniste

Organisé par l’Université populaire de Bordeaux et la Machine à Lire
Jeudi 16 Juin au Centre d’animation de St Michel (25 rue Permentade) 18h30

Jean Pierre Garnier est l’auteur du livre “Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires”
On débattra avec lui de gentrification, d’expropriations, de relégations et d’effacement des classes populaires.

Publicités

samedi 30 avril à 18h: déconcertation publique

27/04/2011 § Poster un commentaire

Soyez les bienvenu.e.s pour assister à une pièce de théâtre de rue participative. À travers le théâtre nous critiquons les projets de « réaménagement » de St.Michel. Venez nombreux pour assister au spectacle réaliste, venez rencontrer les responsables de la gentrification/ségrégation urbaine que nous allons incarner. Après la pièce il y aura une discussion sur la place avec un tout petit buffet. Le théâtre de rue vous attend.

Samedi 16 Avril à 16h: venez acheter Saint-Michel

08/04/2011 § Poster un commentaire

Charte du collectif

03/04/2011 § 2 Commentaires

Le quartier Saint Michel, historiquement lieu d’accueil, dernier quartier populaire du centre de Bordeaux subit depuis une dizaine d’années une attaque en règle visant à  détruire son identité. Pour cela, les moyens mis en œuvre sont :

-main mise sur le parc immobilier par In Cité sous couvert de lutte contre l’insalubrité et la vacance des logements (en fait une grande opération immobilière spéculative induisant une hausse des loyers insupportable).

-projet de réaménagement de l’espace public allant des Quais au Marché des Capucins, validé lors de réunions de pseudo « concertation ».

Ces deux opérations concourent à la gentrification du quartier (remplacement de la population actuelle par une classe plus aisée), comme on l’a vu à Saint Pierre, et telle qu’elle est en cours dans d’autres quartiers (Belcier, Bacalan).

Devant ces agissements, un groupe de personnes, indépendant de tout parti politique, s’est constitué en collectif afin de défendre le quartier, ses usages et ses habitants.

Le collectif exige :

  • le gel des travaux de requalification du quartier en attendant une réelle concertation avec les habitants
  • le maintien des populations dans leur logement sans hausse de loyers
  • une réflexion sur un logement pour tous
  • la conservation de tous les marchés sur la place

Pour cela, le collectif va :

  • informer par le biais de différentes actions (journal mural, réunions publiques, site internet, etc…)
  • fédérer au travers d’assemblées populaires, occupation de l’espace public avec animations, manifestations, etc…
  • soutenir les personnes menacées (expulsions, expropriations, vente sous pression, faillite des commerces, etc)
  • Faire le lien avec les comités d’actions des autres quartiers menacés.

Appel du collectif Saint Michel

10/12/2010 § Poster un commentaire

La Bastille à Paris, la Croix-Rousse à Lyon, les Maroles à Bruxelles etc… La liste est longue. Ici même à Bordeaux, après Meriadeck et Saint-Pierre, les quartiers populaires du centre disparaissent un à un, s’embourgeoisent et deviennent inaccessibles au peuple qui est repoussé en périphérie.

Le quartier Saint-Michel a une âme, une histoire. Il est et il peut rester un quartier d’accueil. C’est aujourd’hui qu’il faut commencer à lutter pour éviter qu’il ne devienne, dans quelques années, une immense zone consacrée au divertissement des classes aisées. Car, cachée derrière le prétexte de la lutte contre l’insalubrité, la mairie rêve en grand d’une mégalopole lieu de culture et tournée vers l’Europe, mais une mégalopole dans laquelle les pauvres, les précaires et les indésirables n’auront plus les moyens de se loger, dans laquelle les lieux de vie et de convivialité auront tous cédé la place à des bars branchés, des salles d’exposition et des restos chics.
Les résultats du processus qui prend place ici depuis quelques années, et dont le projet de requalification est une des facettes, sont observables dans la plupart des grandes villes européennes. Ne soyons pas dupes: la convivialité désirée par la mairie, dans un quartier dont tous les prix vont augmenter, se vivra médiocrement et sans nous qui serons chassés par les loyers exorbitants. Pour ceux et celles qui se voient briller à travers la splendeur de Bordeaux, un quartier comme Saint-Michel en plein centre-ville est une tache à éliminer.

Un tel processus n’est cependant pas inéluctable. Il est porté par une volonté politique, celle de la mairie de Bordeaux, dont le moyen d’action est ici la société d’économie mixte InCité. Bien organisé.es, nous pouvons peser sur
eux.

Notre quartier est unique. A coup de millions ils veulent en faire ce qui existe partout ailleurs. Ici, localement, montrons qu’il est possible de le préserver.